18/07/2007

Carnet de voyage - 3

Burgos.

bur01

 

bur02


 bur03

Chimène, Rodrigue...
L'histoire du Cid se déroule là et alentour, mais franchement, même si la cathédrale fait aujourd'hui partie du patrimoine de l'humanité, le ressort semble brisé.

Tenter d'y intégrer l'art contemporain ajoute au kitsch d'une restauration à but lucratif qui achève de transformer la vieille ville en disneyland du gothique castillan...


 bur04
bur05

Les gens ne s'y trompent pas, ne font que passer...
bur06


... rejoignent les couleurs vives de la Plaza Mayor...

 bur07


 

bur08

 

bur09

... puis s'attardent dans les allées ombragées qui longent le Rio Arlanzon...

 bur10

  bur11

 :)

A +

01:53 Écrit par Dao dans Cities | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : carnet de voyage 2007, espagne, street, burgos, b w, canon 350d, canon 400d, architecture, escalier |

Commentaires

intéressant reportage !

Écrit par : jacques | 18/07/2007

Pour les premières images, je me suis vraiment forcé. Et encore n'ai-je pas pu me résoudre à photographier le petit train à touristes genre Paradisio pour illustrer mon propos. Tu imagines un truc pareil à Bxl, Liège ou Anvers?

J'ai pas mal parcouru l'Espagne du temps où je faisais de l'argentique et de la vidéo, j'ai vu les merveilles architecturales de Saragossa, Salamanca, Tolède, Séville... où le patrimoine restauré continue de valoir par lui-même dans un contexte qui le respecte, alors celui-ci...

A mon retour, je prendrai le meilleur et supprimerai vite le reste. :)

Écrit par : Dao | 18/07/2007

... A force de tirer sur la corde,... Les Espagnols finiront peut-être par comprendre qu'ils perdent un peu de leur âme en offrant leur pays aux méga-spéculateurs immobiliers. En attendant, le béton prospère à tour de bras.
J'aime beaucoup tes N&B.
A+
Etienne.

Écrit par : Etienne | 23/07/2007

A Etienne Je suis d'accord avec toi, j'aime beaucoup mes N&B aussi. :D
Nan, sérieusement, tu as raison sur la rentabilisation à outrance (qui gagne le Maroc, d'ailleurs).

D'un autre côté, comme je le verrai ensuite à Tolède, sauver, restaurer, voire réhabiliter les vieilles pierres, c'est un goufre sans fond: des centaines de millions d'€. Sans le tourisme, bonjour les deniers publics. Mais tout est dans l'orientation - perceptible - que l'on donne à cela: je n'ai jamais eu cette impression de kitsch, de mauvais goût, à Tolède.
Ceci dit, Torremolinos et Malaga, c'est peut-être bon pour les autres mais pas plus pour moi que pour toi. :)

Écrit par : Dao | 17/08/2007

La 026A est étonnante.
On dirait que les gens sont coupés en deux par le sol, ce qui leur donnent une taille démesurée par rapport au décor.
Il est sympa cet effet du murêt.

La 040A est magnifique. Douce, romantique, le lampadaire, le petit couple et le vélo lui donne un côté ancien. Quant aux découpes ovoïdes à l'arrière, elles, donnent un ton " Edward aux mains d'argent" le tout carressé par des feuilles qui semblent être des plumes. Pour finir, la clarté tamponne le sol comme elle peut. Superbe !
Et toi ? :-D

Écrit par : Frenzy | 02/09/2007

A Frenzy (re: Burgos) 026A

La place est balafrée de deux longues "tables" de marbre rouge, au rendu assez inesthétique en couleur mais pas en N&B. Ce qui change, ici, c'est la composition de l'image avec la distribution des personnages en clair, lesquels sont illuminés par un rayon de soleil qui perce les nuages pile à ce moment-là.

Il y a évidemment des règles de composition en photo.
Il s'agit de les connaître, surtout pour les dépasser: Picasso n'aurait jamais inventé le cubisme sans sa formation classique. De fait, il y en a infiniment plus en peinture et il suffit de fréquenter les musées ou tourner les pages d'un bouquin pour qu'inconsciemment même, à défaut de s'imprimer dans ta mémoire, elles t'ouvrent des perspectives.



040A

Au départ, je ne voyais que le couple assis, le lampadaire et la bécane.
J'allais cadrer seulement là-dessus quand le le bonhomme de gauche est arrivé. J'attendais qu'il passe son chemin et, lui, que je prenne ma photo...
Comme je n'allais pas y passer la journée, j'ai élargi le champ, incluant le fond qui - ce qui n'est pas pour me déplaire - mettait le bordel dans mes lignes... :D

Écrit par : Dao | 03/09/2007

Ma que bella ! Je découvre ta série espagnole et suis séduit par tes, non,la lumière. D'autres mots ne seraient que littérature.
Ric.

Écrit par : Eric | 14/01/2008

Écrire un commentaire